Vous avez demandé la famille Monvel, ne quittez pas… vous avez demandé la famille Monvel…

capitaine-haddock-gagneresized.jpg

et pourtant, c’etait pas gagné !

voila. on rentre en hibernation. le toit est couvert et il peut pleuvoir, neiger, rien a péter !

ce fut une année éprouvante, tant par le boulot que par les z’événements désastreux qui nous sont tombés sur le coin du museau avec la régularité d’un coucou suisse.

et encore, on a eu de la chance d’avoir une superbe arrière saison, sinon, c’etait cuit et la charpente passait un hiver a tout vent. ( et j’avais, le dit hiver pour faire ma dépression 🙂 )

mais grâce aux coup de main de david, seb, niko, patrick, julien, laurent, isabelle, mon pôpa, bernard etc…  ( j’espère que j’oublie personne… ) et tout vos encouragements, on y est arrivé ! alors, un grand merci a tous !

allez la fin de l’histoire pour cette année.

on en été resté au toit sud bâché.

après avoir  re-déplacé l’échafaudage, on a pu finir de fermer le toit nord.

p1070121resized.JPG

pas grand chose a faire, beaucoup de découpe et la découverte d’un autre aspect de mon angle, pour le moins assez fourbe. ( ‘culé, va ! 🙂 )

p1070123resized.JPG

et oui, même avec l’échelle de toit accroché au plus prés, il me reste encore une distance entre l’échelle et l’arête du toit largement assez suffisante pour m’enquiquiner. et comment que je les cloue mes planches en bas ? gag ! gogo gadget aux bras a rallonge ?

en passant, je vous ai parlé de mon troisième bras ? un outil qu’il est bien ? c’est tout con mais l’encoche aimantée qui tient le clou, c’est bigrement pratique. on peut aller planter des clous assez loin et facilement. et ça m’a rendu bien des services.

p1070125resized.JPG

bon, bin, on va passer par l’intérieur le plus possible et on avisera pour ce qui reste.

p1070126resized.JPG

et finalement, en jouant au contorsionniste, j’ai pu en clouer juste assez pour pouvoir m’appuyer sur échafaudage et finir par l’extérieur. ça va être simple pour mettre les poutre en I…

et bâchage.

p1070127resized.JPG

et d’ailleurs, si je connaissais le gars qui a mesuré les longueurs de laie… no comment, hein ? va falloir prévoir un très grand recouvrement de l’autre coté…

p1070130resized.JPG

puis démontage d’échafaudage et rebelote pour l’autre coté.

au passage, j’ai du refaire mes pattes d’attaches de l’échelle de toit. faut croire que les crochet pour accrocher les vélos dans le garage ne sont pas fait pour 🙂

l’une d’elle a carrément cassé. elle s’est ouverte au niveau du trou pour le boulon de fixation et crac ! heureusement, je m’en suis aperçu avant de monter sur l’échelle. c’est quand même mieux, non ?

bon, ok, alors, on va prendre un porte vélo de bagnole 🙂 oui, mais en vrai ferraille épaisse. la, ça craint pas du tout. j’aurais du y penser avant.

au passage, j’en ai profité pour rajouter une petite roulette sur le coté de l’échelle pour faciliter la montée et la descente de l’échelle qui pèse un âne mort. et puis ça permet d’éviter de déchirer le pare pluie a la descente.

z’avez vu, je progresse ! j’ai réfléchis ! vindieu, va pleuvoir des vaches ! 🙂

p1070134resized.JPG

et voila, c’est fini pour cette année! le toit nord bâché dans son ensemble.

p1070141resized.JPG

comment puis je exprimer mes sentiments tourmentées, mon soulagement, ma joie, mes pensées qui vogue déjà vers des siestes quotidiennes, des possibilités de remettre a demain ce que je n’ai pas envie de faire le jour même…. comment ?!? comment ??? bin, comme ça !

p1070139resized.JPG

bon, on va se calmer niveau boulot mais on en a encore un peu sous le coude pour cet hiver. le ponçage de la charpente bien propre, la découpe des poutre en I déjà fabriqué, le reflexionnage sur ou qu’elles vont passer les gaines électrique, la plomberie, la VMC etc…

mais la priorité, ça va être ce qu’on a fait ce matin avec les p’tiots et autres activités dans le même genre.

p1070155resized.JPG

p1070154resized.JPG

ça ressemble a des pleurotes mais vu que je suis une brelle complète en champignons, je vais les amener demain a un copain spécialiste de la question, qu’il me confirme, si je peux les transformer en omelette de la mort qui tue sans passer une semaine sur les cagoinces 🙂

allez au printemps prochain !

Toiture sud terminée et bâchée de surcroît.

et oui… ça se précise mais c’est pas encore fini.

ce week end, on a fini la toiture sud.

on a déjà commencé par poser les « supports » d’angles pour les voliges.

c’est quoi t’est, ce c’te bête la ? Patrick me posait la question dans un précédent commentaire sur ce détail car en effet pour faire rejoindre les planches dans l’angle, il leur faut un support sinon seul david copperfield peut faire quelque chose en les faisant léviter par la force de son mental de titane.

mais bon, faut le garder a la maison, le loger, le nourrir et ça bouffe un magicien ! le budget lapin, chapeau, demoiselle coupé en deux etc… etc…

donc, pour respecter un tant soit peu notre budget, on s’est rabattu sur des bastaings en épicéa, bien propre, bien blanc que j’ai fixé au ras des pannes pour pouvoir faire rejoindre mes planches.

et une pelletée d’angle bâtard pour le 15 ! pour que ça fasse joli, il fallait que ça épouse la forme des pannes donc… rigole un coup avec la fausse équerre !

la fausse équerre ? un outil top marrant qui te permet de relever des angles trop drôle et de les reporter sans te tromper et avec le sourire! car, oui, le but du jeu est de ne pas se tromper. saura tu relever le défi sachant que t’es aussi doué qu’une pelle a tarte ? rhhôôô, oui… bien sur… tu pars avec un handicap – 257 en gourrage répété mais on y croit !

p1070020resized.JPG

et de l’autre coté…

p1070023resized.JPG

c’etait le plus casse pied. les autres se sont pas trop mal passé.

p1070036resized.JPG

et l’autre coté…

p1070055resized.JPG

et on a fini de poser les planches. Estelle a la circulaire et votre serviteur a la pose.

p1070061resized.JPG

et une fois fini… moi, ça me plaît !

p1070062resized.JPG

après on est passé au pare pluie. on a finalement décidé de le poser dans les règles de l’art.

après avoir mis en place l’échelle de toit, on a posé les laies roulées et toutes ensembles. puis je les déroulais au fur et a mesure.

p1070068resized.JPG

ça fait un peu bordélique mais c’est pas simple de dérouler celui du bas avec les autres au dessus. mais bon, ça c’est pas trop mal passé.

quelques petit ventres mais rien de grave et le recouvrement de 10 cm préconisé a été a peu prés respecté.

p1070071resized.JPG

un effet d’optique ? oui mais pas tant que ça… c’est pentu, grave velu ! et il est bien sur déconseillé, même attaché de rater la marche. comme toboggan, ça doit être top mais l’atterrissage… donc prudence a chaque mouvement.

p1070073resized.JPG

puis on a posé des liteaux dans le sens de la pente pour finir de fixer le tout et permettre a l’ensemble de résister au vent.

p1070082resized.JPG

même punition pour l’autre coté mais en mieux. avec des rouleaux plus serré, ça suivait mieux et ça avait moins tendance a se mélanger.

p1070086resized.JPG

arrivé en bout, j’ai posé un liteau dans l’angle pour bien plaquer le tout

p1070104resized.JPG

et le résultat !

p1070118resized.JPG

vous remarquerez que pour une fois, on a eu un temps superbe. je me suis pris un bon coup de chaud doublé d’une séance de bronzage grâce au soleil qui se réfléchissait méchamment sur le pare pluie. lunette de soleil obligatoire… le 13 novembre… y a plus d’saison ma bonne dame !

finalement, c’etait long, pas très pratique de faire le zouave sur une échelle mais ça c’est plutôt bien passé. un soucis de moins pour la suite.

et pour bien finir une journée déjà fatigante ? échafaudage ! celui en bon vieux acier des familles ! celui qui a été pensé pour les grands ! ( non, je suis pas petit :-))

démontage et remontage pour finir le toit nord.

p1070120resized.JPG

voila, le temps devrait se maintenir jusqu’à la semaine prochaine donc pas d’excuse pour finir !  ( hôôô oui… finir… pourvu qu’on finisse rapidement, j’en ai maaaaaaare !!! 🙂 )

Un toit sur la tête pour éviter les coups de soleil sur mon crane dégarni.

ça y est, les vacances sont cramées. va falloir attendre l’année prochaine pour se reposer se remettre au boulot sur le chantier a plein temps.

bon, c’est pas tout a fait fini… ça a pris une bonne gifle mais il reste une vingtaine de planche a poser, faire les découpes d’angle ( rhâââ lovely ) et poser le pare pluie provisoire. si les vents sont favorables et les dieux du ciel clément, cela devrait être terminé pour la fin du week end a rallonge prochain.

alors pourquoi qu’on a pas fini ? premièrement, le dieu météo France a décidé de nous les briser a partir de jeudi dernier et nous a servi un temps tout poucrave qui rend les planches de bois glissante et n’invite pas a faire le mariole sur une toit a 45 °.

j’aurais bien sur, pu bosser jusqu’à, avant jeudi mais c’etait sans compter sur la confrérie des scieurs qui a pour principe de ne jamais tenir aucun engagement de délais. y en a qui se font un devoir de faire du bon boulot, de respecter leurs engagements, de satisfaire le client, tout ça, tout ça…

et bien, la charte qui régie la confrérie des scieurs ( qui est elle même une variante de celle, des marchands de matériaux de construction ) se fait un devoir d’assurer a leur client une date de livraison et de tout faire pour ne pas la respecter. les planches que je devrais avoir pour la fin de semaine dernière, avant le début de mes vacances, j’ai récupéré la dernière fournée ce vendredi…

ça mérite des baffes bien sur mais c’est comme ça… et la dernière semaine de vacance qu’il me restait et que j’ai posé pour finir ce toit a été perdu en parti a cause de ça.

bôaf… on commence a être rodé et on vous cache pas qu’on attend 2012 avec impatience. 2011 commence vraiment a me sortir par les trous de nez ! le premier qui dans deux mois me souhaite une année aussi bonne pour notre chantier que 2011, j’y fait manger les chutes de notre charpente ! 🙂 ( un bon mètre cube quand même…)

bon, sinon, cette fois ci, rien de bien compliqué. monter les planches et les clouer.

c’est juste long et fatiguant.

on a profité de l’échafaudage en place sur le pignon pour poser les premières planches sur le débord de toit. c’est un peu moins impressionnant avec l’échafaudage en dessous.

p1060888resized.JPG

pour l’autre pignon, pas pareil. pas d’échafaudage et pas trop envie de le monter pour clouer une dizaine de planches. donc test en situation de mon échelle de toit customisé.

j’ai rajouté des pattes métallique, boulonné, sur une échelle classique pour pouvoir la crocheter au faîtage. et ça marche du tonnerre.

p1060898resized.JPG

ça tient bien, mais même avec le baudrier, j’ai relancé la production d’huile a pression musculaire. 🙂 c’est carrément impressionnant et j’avais vraiment les jetons.

p1060901resized.JPG

c’est le première qui est dur a poser. complètement dans le vide, c’est la que tu te dis que le vertige n’est pas une notion abstraite. ensuite, il suffit de pousser les planches suivante contre la première et roule.

p1060906resized.JPG

ensuite, l’échelle posé contre la faîtière avec Estelle qui me passait les planches,  c’etait bonnard.

p1060913resized.JPG

et le premier coté sans les découpes d’angles.

p1060914resized.JPG

puis l’autre coté…

p1060926resized.JPG

et notre chambre…

p1060993resized.JPG

et pour la mezzanine, changement de technique. pas de plancher donc impossibilité de poser l’échelle contre la faîtière.

on a donc posé le début de plancher pour pouvoir accéder a la mezzanine facilement.

p1060877resized.JPG

puis avec l’aide de ma deuxième échelle de toit customisé

p1060876resized.JPG

j’ai posé le premier rang ( 6 m de long avec des planches de 4 m, soit un rang de 2 m et un de 4 m. )

p1060874resized.JPG

ensuite j’ai posé la grande échelle direct sur le toit pour l’étage supérieur et j’ai joué a spiderman. ça me fait un entraînement pour le pare pluie…

p1060997resized.JPG

p1060998resized.JPG

Estelle, une fois de plus, me passait les planches par en dessous.

p1060857resized.JPG

voila, donc, il reste le coté mezzanine a finir ( une vingtaine de planche ) et les découpes d’angles. puis le pare pluie.

on a finalement opté pour du pare pluie premier prix ( de la bâche renforcé avec un treillis ). ça a l’avantage de me faire une entraînement pour le pare pluie final et surtout de se transformer en superbe bâche a bois de chauffage de compét’ quand on l’enlèvera au printemps. pas de gaspillage et un coup très raisonnable chez brico dep’.

reste a le poser et la… je reflexionne dur pour trouver la bonne methode… même avec mon échelle de toit, ça fait une sacré pente…

en gros, soit la methode traditionnelle conseillée: en long et les laies de pare pluie perpendiculaire a la pente, soit la solution de facilité a savoir les laies en hauteur dans le sens de la pente, a cheval sur le faîtage. je me dis que pour un truc provisoire, c’est peut être suffisant. en prenant plus de marge sur le recouvrement, y a pas de raison que ça fuite.

je me tâte…

enfin, bon, allez ! bientôt les vacances !