Un toit pour l’hiver ? heuuu… joker !

en effet, il y a pas mal de petit détail, d’ajustement qui prennent beaucoup de temps. ( entre autre, mon angle… arf ! )

après avoir panné les sablières des fermes extérieurs, je me suis attaqué a celle qui arrive sur la ferme du milieu. et la, pas pareil…

je me suis même fendu de l’achat d’un télémètre… au décamètre, même pas en rêve pour avoir une mesure précise.

donc découpe et montage avec mise en place parfaite en épaulé jeté directement du bas, façon chuck norris. non ? bôôôaaalllez !

ok, alors montage façon, je me fais biiip grâce a une poulie.

la première panne, pas la bonne methode du tout.

premièrement, la corde de la poulie était trop courte, pas assez de marge pour aller jusqu’en bas. j’ai donc rajouté des sangles qu’il a fallu retendre un fois en bout de course de la poulie. mode jean claude vandamme ON .

je soulage du bras gauche, le poids de la panne pendant que le bras droit retend la sangle.

en gros, pas la bonne méthode du tout…

bon, on est quand même arrivé a la monter sur l’échafaudage. rebelote pour la mettre en place mais en moins pénible.

Estelle gérait la montée, descente pendant que je guidais la panne au bon endroit.

pour la suivante, on a reflexionné et commencé par changer la corde de la poulie par une bien plus grande. après, j’ai surélevé le bras tenant la poulie.

et les doigts dans le nez !

p1050889resized.JPG

avec la panne a la bonne hauteur, un petit guidage et j’avais plus qu’a la poser comme une fleur.

p1050898resized.JPG

p1050902resized.JPG

p1050901resized.JPG

un petit ajustement de l’angle… avec l’échafaudage, c’était très pratique…

p1050904resized.JPG

ouiii heuu ! je m’a encore gourré… je le vois votre regard affligé, vos sourcil levés, votre moue dédaigneuse…

et pis d’abord, j’aime pas les angles, les angles, ça pue, ça fouette, ça décale les couettes ! vive les rectangles, les carrés, les lignes droites, les angles droits ! a bas les triangles, les angles ouvert, fermé, les isocèles, les losanges et toutes ces bizarreries géométriques aussi inutile qu’agaçante. tu sais ce que je lui dit a Pythagore ?

ensuite mise en place du lien ( droit, avec un angle a 45°, un mec bien quoi ! ) coté ferme extérieur ( droite avec des angles droit, propre sur eux, bien sous tout rapport, quoi ! )

p1050912resized.JPG

et je suis passé a mon… angle ( beurk ! ) et mon antipathie a son égard s’est pleinement justifié.  ‘culé ! 🙂

j’avais pour idée de mesurer les multiples angles et les reporter sur le lien que j’aurais découpé en fonction et tel un miracle digne de la grotte de Lourde, il se serait parfaitement mis en place et sans aucun jeu. mouaip ! bon… bin, on est pas a Lourde…

et un lien, bon pour la cheminée…

p1050967resized.JPG

après d’aussi peu convaincant essai, j’ai tenté le coup du lien découpé en angle droit ( rhâââ lovely ) et avec une défonce dans le pied de poteau.

c’est pas parfait mais bien mieux. ouf, j’y croyais plus…

j’ai commencé par relever l’angle pour refaire le tenon coté panne.

p1050920resized.JPG

puis défonce de l’angle. c’est bien plus simple a faire comme ça. et a mon avis plus costaud car de cette façon, le lien prend appui sur le poteau, perpendiculairement alors que si j’avais découpé le lien, l’appui se faisait sur le coté du poteau avec seulement des tirefonds pour lui donner une rigidité. donc, plus simple et plus costaud. bonnard, quoi !

p1050937resized.JPG

mise en place

p1050939resized.JPG

et léger ajustage de l’angle ( encore… )

p1050942resized.JPG

puis blocage avec du feuillard de ce coté. de l’autre, je lui collerais une équerre de chaque coté pour définitivement les bloquer. je préfère être prudent car de ce coté ci, le toit devrait vouloir pousser dessus. c’est pas très joli mais ça ne se verra pas.

p1050963resized.JPG

puis comme d’hab’, perçage et chevillage pour bloquer le tout.

p1050960resized.JPG

ensuite, je suis passé de l’autre coté. des liens sont prévus mais je les ferais plus tard. ça me prend trop de temps…

p1050970resized.JPG

allez, les sablières, ok ! passons au plancher.

traçage de l’emplacement des solives sur les entraits

p1050971resized.JPG

et découpe des « lambourdes »  ( connaît pas le terme exact ) ou les solives vont reposer. je les ai découper dans ma lisse basse car je les ai complètement zappé sur mon devis de scierie. pas grave mais embêtant car il faut que je les taille moi alors que la scierie me l’aurait fait pour le même prix.

p1050985resized.JPG

puis mise en place en y collant une vis sous chaque future solive. tant qu’a faire, c’est plus propre.

p1050987resized.JPG

puis j’ai tenté la methode a tho ( http://tho.over-blog.com/article-29272395.html ) pour découper l’encoche des solives.

mais ça n’a pas été concluant. je sais pas ce que j’ai merdouillé…

je suis passé a la scie sauteuse et j’ai vite arrêté. c’est vraiment de la cochonnerie ces machines. impossible de faire un trait droit. même en allant super doucement, la lame dévie toujours.

allez a l’ancienne, scie a main ! plus long mais c’est nickel.

p1050992resized.JPG

puis avec l’aide de madame, une échelle de chaque coté et ascension par la face nord avec plantage de solive au sommet ( au moins, un 4m50 ! )

une vis, en bas, de chaque coté et un clou, par dessus, fixe le tout.

p1060013resized.JPG

et le bilan provisoire…

p1060105resized.JPG

mine de rien, c’est quand même vachement long tout ça… et je suis pas encore a mon angle et ces découpes casse pieds.

c’est pour ça, que le toit tuilé, tout bien comme il faut avant l’hiver, c’est quasiment de la science fiction…

du coup, on s’oriente vers la mise en place de rampant par dessus les pannes avec un bâchage pour protéger le tout. ça me fera un toit provisoire qui me permettra de bosser dessous cet hiver.

de toutes façons, les rampants était prévu mais entre panne, par l’intérieur, fixé sur les poutre en I.

La, ça change pas grand chose et ça sera même plus simple car on aura pas les multiples découpes qu’on aurait eu avec un rampant par dessous, entre panne.

faut juste espérer que ça supporte bien l’hiver…

Une maison, 2 cm plus longue.

bah oui, caguade de 2 cm…

on a posé la dernière ferme, 2 cm trop en extérieur avec pour résultat, une surface intérieur qui fait un bond prodigieux de 0.16 m²  et surtout quelques soucis mineur mais bien agaçant sur le positionnement des pannes et de leurs liens…

bôaf, 2 cm, c’est pas la mer a boire !  bin, presque car du coup, les liens ne sont plus en butée dans leur mortaise respective et c’est ce qui fait l’essentiel de la solidité du contreventement. si ça nage, ça sert a rien.

avec l’aide de Patrick ( eu’l riolu pour les intimes ) on a donc monté les liens des poteaux extérieurs.

p1050694resized.JPG

ceux la, pas de soucis. les mesures était bonne.

pied de biche pour soulever la panne et mise en place du premier lien.

p1050709resized.JPG

et après avoir attaché le lien, pose du deuxième. pourquoi attaché ? histoire qu’il ne tombe pas en soulevant la panne pour mettre en place son jumeau.

p1050711resized.JPG

la, pas de soucis. nickel.

par contre, de l’autre coté, 2 cm de décalage merdouille l’ensemble… agad’ le boulot…

p1050720resized.JPG

pour le coté sud, l’erreur devait être moins prononcées car on avait juste 1 cm a tout péter et des cales en chêne taillé en sifflet ont réglé le problème.

de ce coté ci, c’était bien trop large. on donc du refaire un lien. ça va que j’avais de la chute de dispo…

et une fois modifié et ajusté, ça allait bien mieux !

p1050732resized.JPG

p1050730resized.JPG

bon, c’est finalement pas dramatique mais agaçant. ça ne change pas les plans dans leur ensemble mais ça fout les boules. 2 cm, c’est vraiment du pet de lapin qui complique la vie.

un grand merci a Patrick pour le coup de main.

le lendemain, je suis passé a la remise a niveau des pieds de poteaux centraux.

il était bien de niveau mais on a du les descendre au moment du levage car il avait tendance a faire un point d’appui central qui empêchait les pieds extérieurs de se poser correctement( c’était bancale, quoi ! et j’avais pas assez de livre de BHL pour les caler 🙂 )

un petit coup de lunette de chantier pour vérifier les niveaux

p1050685resized.JPG

premier essai avec deux crick de bagnole pour remonter le pied de poteau. mort de rire, qu’il était le pied de poteau ! le crick de bagnole n’a de la force qu’une fois déplié. plié comme ça, tu peux te la mettre sur l’oreille et la fumer plus tard !

p1050684resized.JPG

bon, bin, on va les déplier et faire porter sur deux plat en ferraille assez épais. et… écroulé de rire ! toute l’ossature a vibré tellement elle se gondolait ! ça m’a tordu les plats et c’est tout ! aïe… problème a l’horizon…

p1050689resized.JPG

et puis pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? un bon vieux pied de pied de biche de base et les doigt dans le nez ! ouf ! j’aurais juste pu y penser avant…

p1050690resized.JPG

pied de poteau remis a niveau : ok !

maintenant leurs liens.

je n’avais pas fixé ces liens quand les fermes était couché par terre car les entraits faisant un léger ventre, il ne se positionnait pas correctement. un fois debout, le poids a « écrasé » les entraits et les liens se sont retrouvé a leur place exact.

j’avais prévu de mettre des chevilles bois a cet endroit mais finalement, un bon vieux boulon m’a paru plus judicieux. va juste falloir que j’augmente mon budget, boulon de charpente et que j’en recommande. commence a me coûter cher, ceux la…

j’ai aussi fini de tirefonné les pieds de poteaux aux platines et fini de cheviller tout ce qui devait l’être.

p1050673resized.JPG

finalement, j’ai pas fait grand chose mais déjà, démonter et remonter l’échafaudage est déjà un boulot a lui tout seul.

pis, je vous cache pas que j’ai méchamment siesté. j’avais du retard a rattraper 🙂

pour la fin de semaine, je finis les sablières et commence a poser les solives de l’étage, histoire que je puisse m’occuper des pannes intermédiaires et surtout de la faîtière.

je sens que ça va être un grand moment, la faîtière…

PS: mention spéciale du jury accordé a la maîtresse de maison en construction, pour sa bravitude ( comme dirait l’autre ) a surmonter son vertige et sa capacité a venir faire l’acrobate a 5 m de hauteur alors que dépassé 1 m de hauteur, déjà des sueurs froides et des palpitations apparaissent et l’empêche de respirer, de parler. limite, elle se remet a sucer son pouce 🙂

donc, pour estelle hip hip ! hourra !

PS: allez, encouragez la, ça m’aidera a négocier le 8 m de hauteur pour la faîtière 🙂

Vous savez quoi ? bin, c’est debout !

lundi, j’ai fait le tour des possibilités de levage, sans grand succès… et après demande de devis chez les pro, c’est jura lev’, entreprise de levage du coin qui a remporté la mise.

alors, c’est 6 fois plus cher que ce qui était prévu avec mon grutier d’opérette mais la qualité se paye ma bonne dame et on a finalement préféré la sécurité en faisant venir un pro qui a du vrai matos et qui est assuré. détail important avec la chance qu’on a, en ce moment.

et ça donne ça :

p1050626resized.JPG

alors, je ne peux que ressortir mon capitaine haddock préféré !

capitaine-haddock-poneyresized.jpg

et c’est peu de le dire ! bon,  j’ai bien failli faire 14 crises cardiaques, le tout dans un état de stress a broyer des boules antistress en titane, mais ça c’est bien passé ! si, si… on a peine a y croire mais oui, pas de caguade majeure a l’horizon.

faut dire que ça commençait pas trop bien. la veille, on s’est pris une série d’orage chuck norissien qui nous ont détrempé le terrain, une fois de plus et l’ont transformé en bourbier de compét’…

p1050495resized.JPG

puis le gars qui devait venir le matin a pris du retard sur son chantier précédent et il n’est venu qu’a 11 h 45…

mais il est venu avec ZE grue !

p1050503resized.JPG

ha, on fait moins le malin, hein ?

résultat: vaste rigolade que de lever mes bouts de bois ! du matos de la mort qui tue, couplé a un pilote qui connaît son boulot nous donne une charpente levée.

alors, c’est cher ( outch ! ) mais il fallait bien ça. l’option camion de chantier ou manitou télescopique n’aurait pas fait l’affaire.

allez, je m’en vais vous narrer nos folle aventures !

Franck ( car le grutier avait un nom ) recule dans le terrain et… patinage et… plantage ! mouhhahhahhahaaa !

bon, bin… appelle le gars qui m’avait descendu ma grue pour qu’il vienne nous sortir avec son méga tracteur quand on aura fini.

ça commence bien…

du coup, on a démarré par les fermes qu’il avait sous la main, histoire de dégager un peu de place pour qu’il puisse se repositionner pour la suite.

et contraction des muscles fessiers ! ( comme dirait l’autre, une olive et je te sors trois litres d’huiles 🙂 )

je rigole mais j’ai vraiment flippé grave ma race !

p1050509resized.JPG

une fois debout, c’était de la rigolade, ça lève 2,3 tonnes en bout de flèche. plus qu’a la positionner au mieux avec l’aide de mon pôpa et de bernard et a affiner a la masse.

p1050513resized.JPG

puis pendant que le bras bionique soutient le tout

p1050519resized.JPG

on a tirefonné les pieds aux platines et commencé a grimper pour sangler tout ça.

p1050522resized.JPG

puis deuxième service et a nouveau trois litres d’huiles 🙂

p1050526resized.JPG

cette fois ci, on avait pensé a passer les sangles pour le contreventement, chose qu’on avait omis pour la première et qu’il a fallu mettre en place a 7 m de hauteur sur une échelle. arf !

p1050530resized.JPG

p1050536resized.JPG

et re-tirefonnage et re-sanglage

p1050537resized.JPG

p1050538resized.JPG

dans mon idée, le grutier travaillant a l’heure et pour réduire la facture, je comptais qu’il nous lève les fermes, qu’on les sanglent, qu’il nous monte mes pannes et merci bien, a la prochaine. oui mais non.

même avec un nombre de sangles conséquent, on est vite tombé en rade et il a fallu contreventer définitivement les sablières pour récupérer de la sangle pour l’autre coté.

bon, bin, allez, c’est parti !

pas simple de mettre les trois liens en même temps… faut soulever la panne pour que ça rentre et en équilibre sur une échelle…

sans compter, la flotte qui a  fait gonfler le bois, la marge que j’avais prévue pour que ça rentre nickel sans forcer n’était plus la.

p1050543resized.JPG

p1050547resized.JPG

p1050548resized.JPG

un ch’tio boulon, quelques chevilles bois et on passe au suivante

les pannes intermédiaires. celle la, les doigt dans le nez, vu qu’elle repose sur les echantignolles, pas de difficultés particulières.

pour nous éviter de jouer les acrobates, on a bloqué le crochet de la grue en position ouverte et mis des élingues  » perdue  » pour l’instant. elle resteront dessus, le temps que je fasse le solivage du plancher de l’étage. de toutes façons, les pannes intermédiaires et la faîtière sont juste posé a peu prés au bon endroit. c’est bien trop haut, même avec l’échafaudage pour qu’on s’en occupe maintenant.

et la faîtière, la, on a rigolé… va la guider a 8 m de haut avec juste une corde… et pareil gonflement du bois, donc marge disparu…

p1050561resized.JPG

on a réussi a la positionner dans l’encoche et ensuite, il a fallu passer une corde par dessus pour pourvoir la faire descendre.

p1050566resized.JPG

et même pendu a deux dessus, elle était morte de rire… un petit coup de cliquet et elle faisait plus la maline. couché ! a ta place !

p1050568resized.JPG

bon, voila, ça c’est fait !

maintenant que Franck a de la place pour manœuvrer, y a plus qu’a essayer…

et il a réussi a se sortir du premier trou. ouf !

but du jeu, reculer au fond du terrain. un peu d’élan et… et… raté ! ça chie dans le virage. mais après maintes manœuvres et épuisement de mon stock de chute de liteau, chute de bois etc… il a réussi a se mettre en place. re ouf !

p1050573resized.JPG

p1050574resized.JPG

pour planter de la pelouse, va falloir attendre un peu 🙂

p1050577resized.JPG

et c’est reparti. la ferme du milieu.

p1050583resized.JPG

Estelle a eu la bonne idée de faire une petite vidéo. ça se passe ici : http://www.youtube.com/watch?v=ad4b9AkVDBU

Bernard a la masse avec moi pour positionner le pied et le tirefonné pendant que mon père mettait en place les sangles de contreventement

p1050592resized.JPG

p1050593resized.JPG

on a sanglé qu’un coté, l’autre coté, on a mis des planches sur les entraits et on les a vissé a la ferme d’à coté.

p1050598resized.JPG

p1050602resized.JPG

et levage de la dernière !

p1050605resized.JPG

p1050611resized.JPG

et vu l’heure et que tout était sanglé, on a jeté les pannes dessus et puis roule !

p1050621resized.JPG

on a fini a 21h15, défoncé, ruiné mais j’ai jamais été aussi content d’être courbaturé. courbature modèle XXXL, que j’ai eu du mal a monter l’échelle de meunier de l’atelier pour aller me pieuter. monte descend de l’échelle toute la journée, ça use…

il me reste pas mal de taf’, je ne sais toujours pas si j’aurais le temps de finir a temps le toit mais on est content, le moral a reprit du poil de la bête.

en passant, si ce week end du 15 août, vous n’avez rien de prévu, j’embauche bien volontiers. contact par mail ou au 06.82.62.25.74.

merci d’avance !

Pour finir, un grand merci a mon pôôôpa et a bernard, sans oublier Franck le grutier qui n’a pas donné sa part au chien question coup de main.  heureusement qu’il était la…

PS: je n’avais pas eu le temps de vous causer des echantignolles

donc rapidement, elle servent a soutenir les pannes intermédiaires et sont fixé sur les arbalétriers.

pour la façon de les découper, j’ai suivi les conseils de ce très bon site : http://charpente-total-bricoleurs.wifeo.com/realiser-une-echantignole.php

c’est vraiment bien expliqué sur le pourquoi du comment qu’il faut les tailler de cette manière et pas d’une autre..

je me suis fait un petit gabarit et je leur ai festooler la chetron

p1050473resized.JPG

et on voit bien sur la photo, le fil du bois perpendiculaire a la poussée de la panne. c’est tout con, mais fallait y penser.

p1050476resized.JPG

voila, a peu prés toutes les étapes de la taille d’une charpente n’ont plus de secret pour vous ! y a plus qu’a ! non ?  bin pourquoi ?

j’espère n’avoir pas raconté trop de bêtise et que ça pourra vous aider sur votre actuel ou futur chantier.

GAG !

c’est la répétition qui font les bons running gag…

alors, tout était prêt, le gars est bien venu a l’heure mais… avec un grue de touriste… tout juste bon a lever des fermettes…

alors des fois, y a des trucs qui m’échappent. le gars vient voir le chantier, voit les sections de bois, je lui précise le poids d’une tonne estimé par ferme et le gars me dit que c’est bon.

et il se pointe avec ça…

p1050479resized.JPG

bon, bin, ça n’a pas levé un centimètre.

et bien merci bien et au revoir, c’est sympa d’être passé.

alors que dire… rien, on est rodé.

maintenant, il faut attendre lundi que je contacte une entreprise de levage qui va me prendre un bras, si elle veut bien se déplacer.

donc résultat des courses, un week end de perdu car on aurait pu, ne pas lever le week end dernier si mon grutier avait été dispo et un autre week end pour apprendre qu’il a trouvé sa grue dans un kinder.

bilan: je suis en vacance cette semaine pour ne pas pouvoir monter mon ossature et encore moins mon toit.

donc si la charpente n’est pas debout avant la fin de cette semaine, on bâche le tout et on reprendra l’année prochaine.

on n’aura jamais le temps de finir la toiture avant l’hiver car outre le solde négatif de mes congés, je suis épuisé physiquement ( et sans faire ma chochotte ) et ne pourrait pas continuer a tenir un rythme encore plus soutenu que l’actuel.

et laisser la charpente debout sous la neige, sans couverture, je crains le pire au printemps venu.

allez on essaye de se reposer ce week end, on a plus que ça a faire.

Un petit coup de main pour samedi ?

tout est dans le titre…

a force de repousser le levage, on a plus grand monde de disponible.

donc, si vous avez rien a faire samedi, ( le 6 aout ) j’aurais de quoi vous occuper 🙂

vous pouvez me joindre au 06.82.62.25.74.

merci d’avance !