Fin prêt !

ça y est, cette fois ci, y a plus qu’a lever le tout.

j’ai réparé mes âneries et ne les ai pas répété ( c’est la moindre des choses, mais j’en était capable… ).

j’ai donc rallongé mes arbalétriers avec deux pièces de bois et les ai assemblées par tenon mortaise, colle et cheville bois.

ça m’a l’air costaud et l’effort se faisant en compression, ça ne craint pas grand chose, du moins j’espère…

j’ai essayé de respecter les « couleurs » en prenant des morceaux avec les même nuance d’aubier ( blanc ) et de bois de cœur  ( rose ) et c’est pas trop mal.

p1050448resized.JPG

et rebelote, traçage, découpe et… et… montage nickel !

gros soupir de soulagement accompagné d’un relâchement des muscles fessiers qui frisait la crampe. allez respire, tu vire au rouge cramoisi ! 🙂

ensuite, perçage, boulonnage et une ferme, bonne pour le service !

p1050463resized.JPG

voila, le montage est prévu pour samedi prochain si la météo se décide a nous pondre un vrai été avec chaleur, coup de soleil et grosse transpirée…

on y croit !

Charpente debout ? bah, non, encore raté…

et oui, la charpente n’est toujours pas debout et ne le sera pas avant deux semaines soit théoriquement le samedi 6 août.

enfin, si tout va bien, hein ? non parce qu’on commence a tout relativiser et en particulier le respect du planning.

d’ailleurs, on s’est mis avec Estelle, a la méditation transcendantale avec ouverture complète du chakra de la zénitude pleine et entière, tout ça pour éviter d’enseigner a notre descendance, des jurons bien senti qui ont le mérite de grandement défouler mais qui, par contre sont très très vulgaire 🙂

bon résumons… il pleut ! comme partout en France mais particulièrement sur le jura. ( qui a dit, comme d’habitude ? )

et les outils électrique n’aime pas la pluie. déjà les travailleurs apprécient moyen ( sans compter une légère crainte du syndrome claude francois… ) mais une perceuse n’est absolument pas compatible avec les seaux d’eau qui s’obstine a tomber de manière aussi soutenu que répété.

donc retard… donc report de la date du levage pour le week end suivant mais pas de chance mon grutier n’est pas dispo. et nous prenons donc, deux magnifique semaines de retard dans les chicots. dans la joie et la bonne humeur…

allez passons aux choses qui donne le sourire.

la charpente n’est pas levé mais est monté ( enfin pas tout a fait… reste a mettre quelques chevilles et boulons ) et je me suis presque pas gourré ( enfin pas tout a fait… a mon angle, mon cher angle… ).

les 4 fermes identiques sont assemblées mais celle du milieu a un petit souci technique. on en recause plus bas.

résumé des épisodes précédent :

on a  fini de raboter avec Laurent tout les pièces.

la machine a bois m’a ruiné les bras mais nous a fait gagner du temps ainsi qu’une qualité de travail incomparable au rabot électrique. c’est ach’t plus propre.

p1040044resized.JPG

puis nous sommes passé au montage des fermes avec charpente man ( polyvalent, polycarburant 🙂 )

première tache: dispatcher les multiples pièces a leur endroit respectif.

p1000636resized.JPG

pour les plus grandes pièces, une bonne charrette évite de se flinguer le dos.

p1040078resized.JPG

ensuite, on a mis en place des cales pour passer au dessus des pieds de poteau ferraille puis mis en place grossièrement les pieds de poteau.

p1000727resized.JPG

puis, les entraits qui nous donnait l’écartement des pieds de poteaux.

p1000742resized.JPG

et… première petite cague… un entrait trop épais, et une moise pas assez large.

p1000751resized.JPG

un coup de disqueuse et c’est réparé

p1000754resized.JPG

mieux, non ?

p1000766resized.JPG

ensuite, on pose le deuxième entrait par dessus et on positionne le pied de poteau central pour éviter que les entraits ne fassent le ventre

p1000784resized.JPG

perçage… avec l’aide de « niveau laser man »

p1000792resized.JPG

et boulonnage sans serrer pour pouvoir passer les autre pièces.

p1000796resized.JPG

ensuite, on a fait pareil avec les blochets puis on a mis en place les jambes de forces suivi des arbalétriers.

et le poinçon vient équerrer l’ensemble.

p1000806resized.JPG

on a posé aussi l’entrait retroussé mais c’était plus une gêne qu’autre chose. sur les suivantes, on les a mis en dernier.

p1000815resized.JPG

après on essayé d’équerrer le tout et après un essai foireux avec des sangles…

p1000823resized.JPG

le mieux est de taper la tête du poinçon pour faire descendre l’ensemble.

une fois tout en place on vérifie les différentes mesures, on place les liens de poinçon ainsi que l’entrait retroussé

p1050066resized.JPG

p1050068resized.JPG

on tape un bon coup pour faire rentrer  les liens a leur place avec une vielle chaussette… mais avec des vrais bout de masse a l’intérieur.

la chaussette évite de trop marquer le bois.

p1050071resized.JPG

et y a plus qu’a… on perce, boulonne et cheville le tout.

p1050093resized.JPG

tu le vois l’œil laser de « niveau laser man » ? bin, les fabricants de laser de chantier s’en servent de mètre étalon 🙂

p1050109resized.JPG

p1050116resized.JPG

p1050118resized.JPG

ça, c’était le deuxième jour car le premier jour on arrivait pas a équerrer le tout correctement. après un abandon sur forfait  et pour éviter une crise de nerf majeure, on a décidé de remettre ça, au lendemain.

Estelle et Laurent ont donc tout redémonter et vérifier le calage, qui était bien foireux. et une fois, les cales bien de niveau, on l’a remonté les doigt dans le nez dans l’après midi. ouf ! plus détendu, le gars… car comme c’était parti, je me suis fait du soucis pour la suite.

la deuxième, même punition avec calage, mise en place etc…

p1050147resized.JPG

un peu plus rock n’roll, le perçage sur l’escabeau autostabilisant

p1050152resized.JPG

autostabilisant ? si, si ! mais faut habiter le jura et subir 1 mois et demi d’averse quotidienne…

p1050153resized.JPG

ôôôgroooumpfff ! t’as vu seb ? je sais faire moi aussi le tâââpeeer !

p1050167resized.JPG

malgré l’expérience de la première ferme, ça n’a pas empêché  les problèmes.

cette fois si, une problème de positionnement des pieds de poteau décalait un peu l’ensemble et foirait l’équerrage. on est resté un moment avec Laurent a essayer de comprendre la raison du pourquoi du mystère et puis… abandon sur forfait pour éviter une crise de nerf majeure. une fois de plus…

on a réussi a faire une ferme et demi avant que ne débarque David, Camille et Seb pour nous filer un coup de main.

coup de chance, on a eu une journée potable et du coup, les 4 fermes ont été monté. trois, boulonné et chevillé, la dernière a percer et bloquer.

on a commencé a essayer de trouver pourquoi notre ferme proutait dans la colle et c’est David et Laurent qui ont trouvé la raison du mystère: les pieds de poteau décalé.

un grand merci a eux deux d’avoir pallier a mon manque de patience qui m’empeche de reflechir sereinement. les voyants reflechir a ma place, on a commencé a monter la troisieme ferme avec seb.

puis une fois le problème résolu, Seb et Laurent sont passé au montage pendant que David et moi nous, nous occupions du boulonnage et du perçage.

David a commencé par faire les petites défonces oblique pour le boulon qui vient serrer les jambes de force au poteau. il faut faire cette défonce pour pouvoir percer et surtout serrer droit mais c’est pas la plus simple a réaliser.

p1000865resized.JPG

p1050193resized.JPG

et voila le travail ! nickel top !

p1050195resized.JPG

et la troisième ferme en bonne voie…

p1050200resized.JPG

serrage groumpfff ! et pourquoi que monsieur stanley se décarcasse a fabriquer de belle clé a molette ?

p1050196resized.JPG

enfin tout ça s’est bien goupillé. il n’y a eu quasiment aucun temps mort et finalement c’était moi qui était a la bourre sur les perçages. efficace les ouvriers, non ?

Seb, alias « tââââpeer » ! 🙂

p1050210resized.JPG

fin de journée aidant, un pied de poteau a 4, c’est plus mieux bien pour le dos !

p1050228resized.JPG

et ensuite on recommence a tout empiler.

p1050249resized.JPG

pour arriver a ce résultat qui fait plaisir !

p1000929resized.JPG

p1000930resized.JPG

et on a arrêté juste avant une méga averse. juste le temps de rentrer les outils et plouf !

enfin voila, un grand merci encore a David, Seb et Camille qui a grandement aidé Estelle a gérer 8 rase motte ( dont deux grande quand même ) et ça a été du boulot ! je suis sur que ces dames était plus fatigué que les bonhommes 🙂

donc, un grand merci a vous tous.

la ferme du milieu ? z’étes sur ? mais heuuu !

le lendemain, on s’y est mis avec charpente man.

calage, pied de poteau, entrait, tout ça, tout ça, nickel.

p1050341resized.JPG

p1050349resized.JPG

mise en place du poinçon et des arbalétriers…

p1050358resized.JPG

et… et… tend un peu la joue… remonte le menton… un peu a gauche… voila, bouge plus !

matrix2b.jpg

triple buse !

ce que je redoutais est arrivé. un plantage de mesure d’angle et forcement un angle d’arbalétrier raté… et une impossibilité de monter la ferme. et… et… et… flûte alors ! saperlipopette ! … … ça y est, il sont plus la, les gamins ? rhâââ… PUT… DE BORD… DE CH…. DE SAL… DE M… !!! hein ? les chakras ? bin tu sais quoi tes chakras, je me les met sur l’oreille pour me les fumer plus tard !

plus qu’a rattrapé mes âneries. car bien sur en traçant les angles correctement, les arba sont du coup trop court…

me reste plus qu’a les rallonger… pour réparer mes conneries.

j’ai choisi de faire un tenon mortaise qui sera chevillé et collé, sachant que le tout sera boulonné dans le blochet.

le papa

p1050438resized.JPG

et la futur maman que je vais tenonner demain avec mon combiné

p1050439resized.JPG

comme disait si justement brassens: le temps ne fait rien a l’affaire, quand on est con, on est con…

bon, pour finir ce long message, si un gars vous dit: tu vas voir, le jura, c’est sympa, le soleil, les ballades, le repos, la sieste, viens donc passer tes vacances, tu le regrettera pas !

bon, la seule chose a faire est de s’enfuir a toutes jambes en hurlant comme un groupie hystérique de justin bieber car sinon, ça risque de donner ça :

p1050264resized.JPG

j’ai limite honte de l’avoir fait tant souffrir, le charpente man ! il va être content de retourner au boulot 🙂

bon, je le taquine avec ces surnoms, mais n’empêche, que ça fait deux ans qu’il se cogne un boulot de fou en me filant un coup de main pendant ces vacances. pendant que d’autres, se dore la pilule au soleil, lui vient goûter au joie de l’humidité jurassienne et des travaux fatiguant.

donc, un grand grand merci a Laurent et Isabelle qui aussi pas mal aidé sa sœur a se reposer, en s’occupant de la maison et de Julie.

et la bise aux nounous de Renaud: Lucie et Albanne. il a pas été souvent dans son parc, le loustic !

J-6, re-bis-again.

bin, oui mon grutier a eu un empêchement et a reporté le levage, a samedi prochain.

dans un sens, ça m’a bien arrangé,  je n’aurais pas pu être prêt a temps.

puis, ça va nous permettre de mettre un coup de rabot sur la totalitée des pièces. ça vaut pas un ponçage dans les règles de l’art mais ça fait déjà plus propre.

rabotage qui a été l’essentiel du boulot des jours passés avec l’aide de béton man qui s’est transformé en rabot man.                                      ( gogotransformation !)

p1040017resized.JPG

on a aussi fini les pannes. du moins les principales.

p1040009resized.JPG

et les photos des mortaises avec son embrèvement que j’avais oublié la semaine dernière

on commence par percer, puis trait de scie circulaire.

p1040001resized.JPG

puis dégommage du surplus a la scie jap’

p1040004resized.JPG

on finit a l’ébauchoir

p1040006resized.JPG

et, c’est beau, c’est magnifique, ça sent bon sous les bras.

p1040007resized.JPG

j’ai passé aussi, deux bonnes après midi a réparer mes conneries. la faute a un gabarit foireux d’un centimètre.

du coup, toutes mes mortaises de poteau et poinçon était trop courte d’un centimètre… pas grave dans ce sens mais bien casse pied… bon, ok, je suis une couille gnou, et puis c’est tout.

puis un temps tout poucrave, doublé d’un dimanche après midi qu’on essaye de garder a peu prés silencieux pour les voisins nous a permis de commencer a fabriquer ma chèvre a poutre en I.

j’ai bien réfléchis et c’est la seul solution sans trop de risques pour mes poutres. elle sont bien trop fragile latéralement pour être montée a la main sur le toit. donc, chèvre spéchiole fait pour.

j’ai chourravé quelques pièces sur mon épave de grue et en avant.

de mon cerveau malade, aidé de Laurent est sorti ça:

p1040030resized.JPG

manque que les câbles pour contreventer latéralement, sûrement un étai fixé devant pour assurer le coup ( a voir ) et nous avons une magnifique chèvre mobile.

la voiture qui se trouvera devant servira de contre poids et permettra de la faire pivoter facilement. y a juste a rajouter un petit treuil et elle sera parfaite.  j’ai abandonné le coté inclinable qui n’a pas d’utilité pour ce qu’on lui demande de faire.

un bel axe chouré sur la grue, des chutes d’arbalétriers et on obtient le socle. seront tendu par la suite des câbles pour contreventer, qui seront accrochées sur les cotés de la remorque.

p1040028resized.JPG

pour la tète, pareil, pièces détaché de la grue.

p1040027resized.JPG

les entretoises en bois servent de guide, le boulon de charpente sert a assembler les deux morceaux mais aussi a empêcher le câble de sortir.

enfin, voila, je vais profiter de chèvre man ( gogotransformation 🙂 ) pour la finir dans la semaine, si tout va bien.

allez, reste a finir de raboter quelques pièces et on passe au montage.

m’enfin, si le temps le permet. pas folichon du tout cette semaine…

c’est la course… J-6 avant levage.

faudrait que le tour de France passe devant la maison, histoire de me faire profiter de leur médecine magique qui font grimper les cols a 80 km/h.

c’est pas qu’on est en retard mais ça va être tendu du slip !

il me reste a donner quelques coups de ciseau a bois dans les pannes pour finir les mortaises, reprendre quelques mortaises de pieds de poteaux trop juste en longueur d’un centimètre ( la faute a un gabarit foireux… ) et surtout a monter les fermes, le tout avant samedi. heureusement qu’il y a le 14 juillet…

et puis, y a béton man qui revient me filer un coup de main pendant presque deux semaines ( il aime souffrir 🙂 ) mais a la condition que je lui parle plus justement de béton. ok, alors, ça sera charpente ! le client est roi !

sinon, j’ai commencé la semaine avec les tenons de lien et vindieu, y en avait…

un coup de gabarit ( pas foireux… ) pour tracer et découpe de l’extérieur du tenon. puis avec the magic festool et son réglage de profondeur, on tire trois ou quatre traits de scie ( a votre convenance ) de chaque coté.

p1030944resized.JPG

on dégomme le plus gros avec l’ébauchoir

p1030945resized.JPG

pour obtenir ça :

p1030946resized.JPG

un coup de disqueuse et c’est nickel !

p1030947resized.JPG

ensuite, les arbalétriers.

a tailler,  il y a l’embrèvement de la jambe de force et la mortaise du lien d’entrait retroussé

rien de bien sorcier. l’embrèvement se fait a la circulaire. un coup de scie, de chaque coté et roule !

par contre, ça ne marche qu’avec une scie plongeante. festool ou autre.

le premier coté dans le bon sens de coupe

p1030964resized.JPG

et le deuze avec plongée.

p1030965resized.JPG

un trait de scie a la bonne profondeur sur la tranche…

p1030967resized.JPG

scie japonisation pour finir…

p1030968resized.JPG

p1030969resized.JPG

un coup de disqueuse et c’est a nouveau nickel !

p1030970resized.JPG

du vrai travail de pro, non ? hein ?  je me la pète grave ? vous trouvez ?  bon, ok, alors je vais m’autoremettre a ma place 🙂

du travail de pro qui dit l’autre… je pouffe !

p1030973resized.JPG

p1030974resized.JPG

c’est… c’est… c’est… ? une belle connerie au carré !

un bête gourrage de sens. a ma décharge,  j’avais une semaine et demi a 13 ou 14 heures par jour avec levé a 3 h du mat’ et pause d’une demi heure pour manger et faire la sieste. ça aide pas pour garder une concentration optimale.

c’est réparé, pas trop visible mais ça fout bien les boules.

et en fin de semaine, j’ai attaqué les pannes. je taille le strict nécessaire pour contreventer l’ossature et me focalise sur les plus lourdes

je n’aurais pas le temps de tout tailler alors on fait au mieux.

j’ai commencé par tailler a la bonne longueur et a découper les sifflets.

on a préféré tailler les sifflets, en version desaboutté. ça me parait plus solide ( mais j’en sais rien ) et c’est surtout plus joli.

ça donne ça…

p1030992resized.JPG

contrairement au sifflet classique qui est un simple trait en travers. et c’est pas plus compliqué a réaliser, donc…

j’ai pris 5 cm de hauteur car c’est la profondeur de ma scie au maximum. pas besoin de réfléchir.

on trace donc, le premier trait de 5 cm sur la hauteur, puis 20 cm de chaque coté de l’entraxe et a nouveau les 5 cm sur la hauteur.

40 cm de long pour un sifflet, c’est le minimum conseillé apparemment. plus, j’allais être juste sur ma longueur totale.

p1030996resized.JPG

puis comme d’hab’, finition a la scie jap’ et a la disqueuse.

un petit coup de réglet pour vérifier l’équerrage et roule !

p1030999resized.JPG

puis taillage des mortaise de lien mais la, j’ai point de photo. au prochain post…

et pour finir, faut mettre un coup de scie pour faire casser l’angle des pannes sur lequel vont venir s’appuyer les poutres en I du toit. des deux coté pour les faîtières et d’un seul pour les sablières.

la, par contre, la festool n’est pas a son aise. mais ça doit être le cas de toutes les circulaires.

il faut une deuxième pièce a coté pour poser le rail et surtout avec la scie a 45°, tout le poids est désaxé.

enfin… c’est vraiment pas pratique.

p1030989resized.JPG

et ma scie n’étant pas assez grosse, il faut finir a la scie jap’. avec le modèle en 75 de profondeur, on doit pourvoir s’en passer.

voila le boulot de cette semaine. et il en reste encore pas mal…

pour finir au rayon des bobos, pas de gros bobo qui coupe ou qui saigne mais des main qui pleure leur race !

entre les vibrations de la circulaire, de la disqueuse, de la ponceuse, de la perceuse et des coup de masse dans l’ébauchoir, ça commence a faire beaucoup… rajoutez a ça, un boulot alimentaire qui m’oblige a brasser du colis toute la journée et mes doigts se mettent en gréve 🙂

vraiment… le matin, j’ai trois doigt de bloqué. impossible a plier. je vous dit pas comment c’est pratique pour couper mes tartines le matin 🙂

ça, c’est le matin. une fois chaud, ça se décoince et on passe au décharge électrique a presque tous les mouvements. délicieux…

et la nuit, c’est les bras qui s’endorment avec comme une pulsion douloureuse dans les mains.

donc, la guitare, c’est cuit, le ukulélé pas mieux… bon, je vais siffler alors 🙂

mine de rien, la charpente, ça use son bonhomme. c’est bien moins physique que le béton mais on morfle quand même pas mal…

et je vous cache pas que même si c’est un plaisir,  j’ai hâte que ça se termine pour pouvoir offrir des vacances a mes mimines

La maison ostraglagluck, 256 pièces, un tournevis, le tout a monter soit même sans effort

et le tout sans grue, bien sur ! heuuu… arf ? 🙂

découpe finie et vindieu, y en avait !

enfin presque finie. il me reste quand même deux, trois bricoles mais dans l’ensemble, tout est a la bonne taille, forme, y a presque plus qu’a monter tout ça.

j’ai du rab’ aussi, soit un morceau de 4 m en 10×20. je préfère parce qu’au fur et a mesure que je découpais, je voyais le tas de bois descendre dangereusement et me disais que j’allais manquer, que je m’étais forcement planté dans mes calculs. bin, non, pour une fois…

p1030934resized.JPG

limite meuble ikea, non ?

les arbalétriers et les entraits retroussé.

p1030932resized.JPG

et les entraits et jambe de force

p1030930resized.JPG

reste donc a faire les tenons de liens, les mortaises de panne ainsi que la découpe des pannes et les mortaises d’arbalétrier, le tout avant le week end prochain ( ça serait parfait ) pour un montage des fermes, le dit week end prochain, et un levage, le week end suivant.

et pourquoi donc que t’es pressé comme ça ? car j’ai trouvé une solution de levage, en la personne d’un gars propriétaire d’une grue légère et mobile qui devrait convenir pour lever nos fermes.

mais, car il y a un mais, ça serait trop simple, il faut que ce soit fait pour le week end du 16/17  juillet car il part en vacance dans la foulée et ne revient que 3 semaines plus tard. et trois semaines plus tard pour moi, c’est trop tard. déjà que ça va être tendu pour tout finir avant l’hiver, si on paume 3 semaines, on est cuit.

alors, le ponçage… on va passer un coup de rabot et puis, ça ira bien. tout ce qu’on peut poncer, avant l’échéance fatale sera tenté mais aussi non, on essayera de finir une fois monté. c’est bien moins pratique mais on a pas le choix.

ça va donc être tendu du slip mais même pas peur ! on se reposera plus tard.

pour ce qui est des découpes, c’est relativement simple. très simple pour les entrait et les brochets car on coupe droit. suffit de pas se planter sur la longueur et roule.

bon, la, c’est pas bon pour le dos mais monter les morceaux de 8 m sur tréteaux pour deux trait de scie, c’est de la gourmandise.

p1030888resized.JPG

les jambes de forces, j’ai pris le temps de faire deux gabarits ( c’est pas les même longueur en bas et en haut ) et j’ai bien fait.

c’te prise de tronche, le tracé de angles ! j’aurais du être plus assidu pendant mes cours de math… ça m’aurait peut être aidé a ne pas passer deux plombes a tracer correctement ces rognutudgu d’angles.

le gabarit fait 20 cm de large. y a plus qu’a poser d’un coté, tracer et mesurer l’entre découpe ( j’invente des mots ), l’écartement entre les deux découpes, quoi ! poser le deuxième gabarit et tracer.

une bonne heure pour faire les deux gabarits mais trois ou quatre de gagné s’il avait fallu tout tracer.

donc, le traçage…

p1030912resized.JPG

découpe a la festool pôôôwaaa de mon cœur d’amour. ( ça, c’est de l’outil qui va bien 🙂 )

pas top, top mais rattrapé au rabot électrique

p1030913resized.JPG

elle est pas belle ma jambe de force ? ( non, je ne parle pas de ma jambe imberbe de culturiste bodybuildé )

p1030914resized.JPG

même punition pour les tenons de liens. eu’l secret, c’est le gabarit ! bis again !

bien plus simple a tracer car avec des angles a 45° mais vu qu’il y en avait… 10+15+13+…. enfin une chié, quoi ! ça fait gagner un max de temps.

pareil que les jambes de forces avec traçage, découpe etc… mais la, une optimisation de la longueur disponible est nécessaire pour en tirer le max et éviter de gâcher du bois inutilement ( d’où les 4 m de rab’, a mon avis ) et un peu de reflechissement du cortex permet aussi de ne pas prendre le morceau de la jambe de force pour celui des liens et haba, c’est balaud, le morceau est trop court pour la jambe de force. allô, la scierie ? heuu… non, lui, je l’appelle plus, ça va me contrarier…

p1030925resized.JPG

p1030928resized.JPG

un coup de rail magique avec la pièce de bois posé sur une autre pour éviter quelle se casse la gueule au moment de couper.

je sais, c’est tout con mais la première, j’avions pas reflexionné et j’ai failli me la prendre sur les arpions. tenir la pièce de bois a couper et pousser la circulaire en même temps donne une fois sur deux, des orteils tout noir et gros comme des andouillettes 🙂

p1030920resized.JPG

voila pour les découpes.

sinon, je crois avoir trouver un moyen de me faire un max de thune !

vous connaissez les héros marvel adapté au cinéma ? genre X men, thor, captain america etc… vu que je les sens un peu a court de super héros, je vous présente…

poussière girl !

p1030916resized.JPG

elle est colère contre des supers vilains, elle bouge un bras qui projette un super nuage de poussière et les vilains toussent !

c’est pas du scénario, ça ? 🙂

une réplique culte, genre:  je suis ta femme, patrice chhhh… et c’est le carton assuré au box office ! a nous les pépétes, les brouzouf, l’oseille, la twingo décapotable ( avé le bras bronzé sur la portière ) et le fromage dans les nouilles ! la belle vie !

trêve de plaisanterie, le masque est quand même indispensable. on avait attaqué avec des masques jetable mais, c’est quand même pas le top et on en a bouffé quand même pas mal. avec ce genre de masque, ça tient chaud mais y a rien qui passe.

la suite, dans les prochains épisodes, a moins que Hollywood nous contacte pour choisir la couleur de la twingo.