Archive for juin, 2011

Après l’autoconstruction, la déconstruction…

dimanche, juin 26th, 2011

et ce ne fut pas simple…

je pensais torcher ça, en deux heures max mais j’ai bien mis 5 heures… la rouille n’est pas mon amie.

il a déjà fallu dégager le passage en bougeant tous mes tas de bois pour pouvoir manœuvrer.

p1030786resized.JPG

puis, je me suis occupé de la flèche. j’ai du couper l’axe qui tenait l’ensemble car il était littéralement soudé par la rouille.

puis j’ai sanglé la flèche au mat du chariot pour éviter de la benner en roulant

p1030788resized.JPG

et roule ma poule !

p1030799resized.JPG

et a l’endroit ou elle va patienter un moment… vu que c’est la partie qui n’a pas morflé, on l’a stocké correctement pour une éventuelle utilisation possible en chèvre de charpente ou en pièces détachées pour un autre malchanceux qui aurait plié sa flèche. on sait jamais… l’espoir fait vivre…

p1030800resized.JPG

et la, on rentre dans le lourd. le mat a couper… au chalumeau, ça doit être assez facile mais j’ai pas de chalumeau. alors, grosse disqueuse et huile de coude.

premièrement levage pour le mettre a niveau, vous savez l’endroit ou il devrait être s’il n’avait pas benné…

p1030806resized.JPG

et disquage, option ruinage de bras. c’était bien craignos. je me suis pris quelques retour de disque coincé ( trois de foutu ) et au bout d’un quart d’heure, je disquais le strict nécessaire pour finir a la scie a métaux, n’ayant plus assez de force dans les bras pour tenir la machine en toute sécurité. j’ai déjà réussi a ne pas me péter un poignet, ce qui est déjà, en soit, un exploit… c’est quelle est puissante la titine et la moindre erreur ou faiblesse t’envoie balader. a utiliser avec précaution…

p1030810resized.JPG

p1030808resized.JPG

a ce stade de l’avancement de la déconstruction, ça fout un sacré coup au moral… autant se faire suer pour finir de flinguer un outil dont on aurait bien besoin, ça fout bien les boules… et, les boules, je les ai chopé méchamment… ça a du jouer, ce coup au moral. ça faisait bien longtemps que je ne m’étais pas énervé comme ça… le capitaine haddock peut venir prendre des cours chez moi 🙂

a cause de cette saloperie ( désolé, je crame mon joker politesse ) de bout de ferraille qui voulait pas tomber.

p1030814resized.JPG

et obligé de l’enlever car ça déséquilibrait le mat. pareil que pour la flèche et son axe soudé par la rouille mais avec toutes les parties soudées et un énervement puissance 100, une fatigue bien avancé et une persistance de cette merde a vouloir rester accroché, même après avoir coupé l’axe en deux.

résultat, une méga colère noire fluo  🙂 l’aurait pas fallu qu’une équipe de TF1 débarque a ce moment la ( bin, oui, je les aime pas 🙂 ) Obelix baffant du romain en les tenant par le coltar, ça vous parle ? bin pareil mais en plus je les finissais a coup de savate 🙂

donc, fatigue + coup au moral donne de mauvaise condition de travail.

finalement je me suis attaqué a la partie incriminé directement vu que l’axe voulait rien savoir.

p1030822resized.JPG

une once d’intelligence m’est quand même resté dans cette océan de pétage de plomb. après m’être a nouveau pris un nouveau retour de machine dans les bras qui criait leur mère,  j’ai repris ma scie a métaux. c’est plus long mais plus intelligent.

p1030824resized.JPG

et enfin, la délivrance… on respire…

p1030828resized.JPG

après l’avoir déposé comme une bouse derrière mon tas de sable, seul endroit ou il ne gênerait pas trop, il a fallu vider le contrepoids… celui que je m’était autant fait ch… a remplir… c’est a se la prendre et a se la mordre…

vous remarquerez au passage l’état du mat… bien mourru, non ? du joli travail, de la belle ouvrage…

p1030857resized.JPG

et après avoir attelé l’ensemble, j’ai réussi a la garer dans un mouchoir de poche a l’endroit ou elle devrait pas trop gêner.

p1030866resized.JPG

enfin, voila, un beau gâchis… mais elle est dégagé et ne nous généra plus pour la suite des travaux.

on comptais faire venir un ferrailleur mais dans le meilleur des cas, le gars vient la chercher gratos mais on récupère nib dessus ou alors, on l’amène et on récupère dans le meilleur des cas, 180 € la tonne, ce qui fait pas lourd… surtout si tu rajoute le transport…

du coup, on prend le temps de la réflexion et on va essayer de la vendre en pièces détaché et on bazardera ce qui restera plus tard.

il faut aussi que j’étudie la possibilité de transformer le châssis en remorque a bois, ce qui pourrait être un bon recyclage.

pour finir, avec la grue dégagé, je me suis remis sur les poutres en I et celle du toit sud sont fini. enfin, une bonne nouvelle. la charpente se fait doucement tailler et poncer. on espère en avoir fini pour le 15 juillet et peut être un levage fin juillet.

reste a trouver une solution de levage. le gars du manitou a qui j’avais demandé de passer pour voir s’il pouvait s’en charger a ruiné ce petit espoir. son engin est trop petit.

reste a trouver, soit un manitou plus gros, soit un camion grue, soit racheter une autre grue… … … nan, je déconne 🙂

Levage de charpente, ca va etre un vrai casse tête…

mercredi, juin 22nd, 2011

et pourquoi donc ? mon angle, pardi !

c’est décidément une calamité, cet angle de maison…

suite a notre déconvenue avec la grue, ( comme c’est joliment dit et surtout poliment… avec calme et sérénité… on respire… 1…2…3… CRI PRIMAIRE !!! la… ça va mieux. ) on se tournait vers un levage de l’ossature a l’ancienne avec une chèvre de charpente.

jerome, lecteur de ce blog a eu la gentillesse de nous filer quelques photos accompagné d’explication mais surtout deux vidéo de levage de charpente ou on pige parfaitement le fonctionnement de la bête.  encore merci jerome 😉

puis, on a commencé a cogiter et surtout se rendre compte que ça ne serait pas si simple. la faute a l’angle de la maison.

quelques petites photos sketchup pour bien comprendre:

premier cas de figure:

on monte la ferme centrale ( la plus casse bonbon ) et les deux autre dans la foulée. ( l’autre coté pareil )

premier problème, les pieds des fermes couché qui tape dans la ferme centrale.

deuxième problème: et c’est comment que je la sors ma chèvre de 10 mètre de haut… a part la benner sur le coté… mais avec un mega risque que ça merde et qu’elle se vautre sur les ferme. et vu la chance qu’on a en ce moment, je ne tenterais pas le coup.

capture.JPG

deuxième version:

on commence par monter les fermes extérieures en reculant la chèvre ( la méthode de travail normale ) ensuite, on retourne la chèvre pour lever la ferme centrale. mais avec toujours le problème de la sortie de la chèvre. sans compter le retournement de la chèvre.

la première photo, on fait comme si la ferme centrale n’était pas levé, j’ai oublié de l’enlever avant la capture d’écran

capture1.JPG

capture2.JPG

et bien sur, on ne peut pas mettre les pannes pour contreventer tant que la chèvre n’est pas sortie.

donc pour la chèvre, c’est pas gagné…

reste la solution engin type manitou télescopique mais d’autre soucis apparaissent.

est ce que l’engin va pouvoir descendre dans mes fondations et surtout passer au dessus de mes murs de soubassement? bin, j’en sais rien, je ne connais pas encore la garde au sol de l’engin qui pourrait s’en occuper.

et un autre détail, c’est le manque de place pour manœuvrer. va falloir que la gars sache le piloter son bouzin…

enfin, voila, on a le cortex en surchauffe pour essayer de trouver la solution idéale…

si vous avez un éclair de génie qui pourrait nous aider, n’hésitez pas a nous en faire profiter 🙂

Et a la fin, c’est nous qu’on va gagner !

mercredi, juin 15th, 2011

décantation effectué ! on respire, on pète un coup et ça va mieux

alors deux solutions:

soit appeler TF1 pour qu’il viennent chez nous faire un reportage sur « le cauchemar de l’autoconstruction » ( grosse voix, musique dramatique ) et leur expliquer des sanglots dans la voix, comment que c’est dur et que, a cause du chantier, je suis déjà alcoolique et que ma femme se drogue parce qu’elle en peut pluuuus !( larme abondante filmée en plan serré )

non ?  ha ouais… z’avez raison, qu’ils aillent se faire voir ! 🙂

soit se retrousser les manches et envoyer du bois pour la finir, cette maison.

dans notre malheur ( y a pire, bien sur ) on s’en sort bien, pas de bobo, pas de dégât sur le chantier.

les poutre en I, stockées en attente d’être monté sur le toit ont eu méchamment chaud aux miches et on va dire que la façon dont la grue s’est vautré devrait me faciliter la tache pour la dépioter et la virer de notre chantier.

alors, bon, c’est 3000 € de foutu mais on fait avec. la citerne de recup’ d’eau de pluie attendra…

le hic, quand même, c’est par quoi, on va la remplacer… parce qu’en racheter une, ça va pas la faire. deja, on a pas le budget et surtout, ça m’a vacciné.

on s’oriente vers le levage a base de chèvre de charpente. faut d’ailleurs que je vois si je ne peux pas réutiliser les deux partie de flèches de la grue qui n’ont pas morflé pour les gogotransformer en chèvre de charpente. ça serait un genre de recyclage…

par contre, je ne trouve pas des masses d’infos au sujet de ces chèvres, des plans de montages, les façons de les utiliser etc… donc, je suis preneur de toutes infos sur le sujet.

enfin, voila, on a bien les boules mais on continue, cette rognutudgu d’ossature et son toit sera monté avant l’hiver comme prévue ! et pis c’est tout ! et tartagueule a la récré si tu dis le contraire !

PS: vend moteur de grue, câble acier divers et varié, lève palette, télécommandes ou toutes pièces de grue. faut bien qu’on se renfloue un peu 🙂

PS 2: je m’est pas trompé dans le titre sur comment que je cause de l’orthographe. je l’ai juste emprunté a l’excellent francois ruffin et son non moins excellent canard: fakir ( http://www.fakirpresse.info/ )

va, va, chercher bonheur chez ton marchand de journaux

C’est definitivement pas notre année…

lundi, juin 13th, 2011

voila, c’est fait, la grue est morte.

en la repliant tout a l’heure pour essayer de réparer mon problème de câble emmêlé, le câble de pliage a lâché ( enfin, je vois que ça ) et le mat est parti se vautrer sans demander son reste.

p1030700resized.JPG

pas de bobo, une grosse peur, bien sur et… du dégoût, de la colère, de la tristesse, un découragement immense et une immense claque derrière les oreilles.

le chantier est donc en stand by, le temps de laisser décanter tout ça et de trouver une solution pour débarrasser ce tas de ferraille.

Charpente presque taillée !

samedi, juin 11th, 2011

on va commencer par les emmerdes diverses zé varié qui s’acharne sur nous depuis 1 mois.

on en était resté a bigmat et son running gag de l’habillage velux de la mauvaise couleur.

bon, bin, c’était pas fini, je viens de m’apercevoir qu’il m’ont oublié un élément du conduit de cheminée et bien sur celui qui va m’intéresser rapidement: l’élément inox/inox de sortie de toit. le reste est en inox intérieur et galva extérieur ( moins cher de 50 € le mètre ) et il y a bien sur, un délai de 4 semaines… je veux bien être sympa mais la, franchement, de bon tarifs ne font pas tout… c’est a croire qu’il le font exprès…

un autre comique: mon scieur ! alors lui, il doit faire un élevage de clown et s’en béqueter un, au petit dej’ tous les jours.

j’aurais du avoir mon bois, il y a exactement 3 semaines et j’ai reçu la dernière fournée hier après midi. il m’a livré en 5 fois ! et il nous manquait a chaque fois quelques chose…

pour couronner le tout, je devais avoir une livraison vendredi dernier et un coup de fil pour m’avertir, histoire d’aller chercher le chariot élévateur chez mon loueur d’engins local.

et j’ai bien eu ma livraison… samedi… quand le loueur est fermé.

donc, il a fallu vider a la grue. grue qui en levant une charge mal positionné a reçu un espèce d’effet rebond dans les câbles qui se sont fait un malin plaisir de sortir de leur tambour… donc le câble d’avance et recul ( celui situé a 16 mètre de haut… tant qu’a faire… ) est hors service car complètement emmêlé…

p1030509resized.JPG

on a perdu la matinée de samedi a essayé de réparer sans succès. donc a l’heure d’aujourd’hui, la grue est en panne.

j’exagère pas beaucoup quand je dis qu’on est maudit…

c’est tout ? bin, non. il me refait une livraison mercredi matin. et il pleuvait comme vache qui pisse depuis la veille. eau + argile donne pataugeoire sans nom.

et qui c’est qui a embourbé le chariot ? et qui c’est qui a encore perdu une matinée ? c’est mon voisin qui est venu me sortir avec son tracteur. voila, voila…

p1030616resized.JPG

le lendemain, le terrain ayant légèrement épongé la flotte, j’ai pu remettre ça mais avec prudence… du coup, mon bois se retrouve au tout début du chantier, bien loin de l’espace de travail. et qui c’est qui va se les cogner  a la main ?

p1030617resized.JPG

et je ne parle pas de la météo qui s’est acharné, nous laissant seulement 3 jours sur la semaine pour travailler dehors.

avec un temps pareil, grande idée que j’ai eu, de dégager de la paille de la serre pour qu’on puisse travailler a l’abri sinon, on aurait pas fait grand chose. il aurait pas fallu inviter un travailleur de plus mais on a réussi a se débrouiller.

Thomas ( totobricolo dans les liens ) me disait récemment  » à vaincre sans peine, on triomphe sans gloire »

mouaip’… j’échange de suite la gloire contre la fin des emmerdes a la chaîne qui nous colle au basque.

c’était la rubrique, « on en a plein le fondement  »

passons au truc sympa !

déjà, la venue de Nicolas. une super semaine de boulot, d’échange, de discussion et même de débat enflammé au soir tombé autour d’un bon petit whisky ( a boire avec modération mais la bouteille n’ a pas fait la semaine 🙂 ) enfin, une vrai bonne semaine au niveau boulot mais surtout humain.

dés samedi matin, on a commencé a tailler ce qu’on avait de disponible: les pieds de poteaux

le premier jour a été peu productif, le temps de s’organiser, de trouver les bonnes techniques de travail ( sans compter la demi journée a essayer de réparer la grue… )

il était prévue de tout faire a l’ancienne mais on s’est vite aperçu qu’il fallait moderniser un peu la technique grâce a la défonceuse. j’en reparle plus bas.

avant de tracer, on coupait une des extrémité a l’équerre grâce a la scie circulaire festool et son rail pour tirer droit sur toutes les faces

p1030488resized.JPG

puis après avoir fait sauter les morceaux scié, on finissait a la scie japonaise

p1030491resized.JPG

et pour résultat, une face bien nickel. bon, pas tout le temps mais un coup de rabot électrique réglait l’affaire rapidement

p1030493resized.JPG

puis après avoir tracé, il y avait plus qu’a tailler.

nico en pleine action !

p1030513resized.JPG

il a trois opérations a réaliser. les mortaises, le plus long, les défonces pour les entraits et les blochets qui sont assez rapide et le  » U  » qui recevra la panne et qui est une vrai misère a faire.

le plus facile, les défonces d’entrait.

la circulaire réglé a une profondeur de 5 cm, on réalise plusieurs trait de scie assez rapproché

p1030605resized.JPG

puis on fait sauter les trait de scie au ciseau a bois

p1030486resized.JPG

et on fini avec un coup de disqueuse avec un disque a poncer spécial bois. donc assez rapide.

ensuite, la mortaise. la, beaucoup plus long.

on perce a 8 cm de profondeur avec une mèche de 3 cm de large, ce qui nous donne l’emplacement de la futur languette du tenon.

p1030545resized.JPG

puis on fait sauter a l’ébauchoir ce qui dépasse.

en passant, l’ébauchoir ( ciseau de charpentier ) est indispensable. pas qu’un ciseau a bois ne convienne pas mais l’ébauchoir est déjà plus long, plat et on y tape avec une masse, ce qui fatigue le bras mais ne fait pas de cadeau au bois.

avec un ciseau a bois classique, outre la longueur insuffisante, on est gêné par le manche et on doit multiplier les coups de maillet pour obtenir le même résultat qu’avec l’ébauchoir.

p1030546resized.JPG

p1030547resized.JPG

ensuite, on taille la pente a 45 °

p1030548resized.JPG

p1030550resized.JPG

puis, on « coupe  » le fil du bois en suivant le tracé pour éviter qu’en creusant l’embrèvement, on arrache le bois

p1030551resized.JPG

puis creusage de l’embrèvement.

on creuse jusqu’à avoir les 3 cm de profondeur finale

p1030553resized.JPG

et on fait sauter le reste en suivant la pente. et ça, c’est balèze a faire… et c’est la que la suprématie de l’ébauchoir est indiscutable.

on enlève le plus gros comme avec un ciseau classique

p1030554resized.JPG

p1030555resized.JPG

et on retourne l’ébauchoir pour changer de face et fignoler la pente et c’est la que la longueur et l’épaisseur de l’ébauchoir est indispensable. le manche d’un ciseau classique empêcherait de travailler a plat et le travail serait donc plus long et bien moins propre

p1030556resized.JPG

et ça donne une surface bien nickel sur toute la longueur

p1030558resized.JPG

un petit coup de crash test pour vérifier si tout va bien

p1030559resized.JPG

et mis a part le petit jour que l’on voit dessous, c’est pas mal du tout.

p1030560resized.JPG

même punition pour l’embrèvement de la jambe de force mais sans la rainure de 8 cm de profond.

et vu que c’est plus long ( 58 cm ), c’est encore plus difficile a réaliser une face droite sur toute la longueur

p1030561resized.JPG

et des mortaise, il y en a un paquet a tailler… soit 4 mortaise par poteaux… celle des liens, des jambes de forces et celle des arbalétriers.

pour les arbalétriers, j’ai décidé de me passer de la languette du tenon. c’est un coup a se faire péter la gueule par un charpentier mais je trouvais que cela enlevait bien trop de bois a mon goût. donc, il y aura juste l’embrèvement mais vu que l’arbalétrier est boulonné dans le blochet, ça ne devrait poser aucun problème. il me semble bien aussi en avoir discuté avec Thomas qui me conseillait pareil.

p1030538resized.JPG

z’avez vu le sourire du gars, fier de son travail ? pour des novices en taillage de charpente, on s’est bien débrouillé ! ( mode je me la pète grave OFF )

p1030540resized.JPG

l’opération bien casse pied, c’est la découpe du « U » pour les pannes. avec une mortaiseuse a chaîne, ça doit se faire en 5 mn mais avec sa b… et son couteau, t’en bave sévère.

plusieurs technique ont été testé sans vraiment trouver la technique qui évite de s’embêter.

le sciage étant le plus efficace mais la plus longue et la plus fatigante. un coup de perceuse en fond de gorge pour faire tomber le morceau scié des deux cotés

p1030504resized.JPG

et ciseau a bois pour finir le travail. c’est tout ce qui dépasse qu’il faut enlever. et avec le fil du bois dans ce sens, c’est pas facile.

p1030416resized.JPG

alors tout ça, c’est la méthode manuel. seul problème, la vitesse d’exécution.

j’ai donc pris le temps de me fabriquer un gabarit pour défoncer la pente de l’embrèvement plus rapidement

le premier était bien trop léger mais a permis de tester l’angle de la pente.

p1030566resized.JPG

gabarit validé ! on a bien nos 3 cm de profondeur et une pente constante sur toute la longueur

p1030569resized.JPG

et le final, bien plus épais et costaud

p1030577resized.JPG

et le résultat, il ne reste plus qu’a reprendre les angles. 5 mn top chrono, alors qu’il me fallait bien 1/2 heure a l’ébauchoir.

p1030578resized.JPG

vu l’efficacité du bouzin, je me suis fendu d’un deuxième gabarit pour les jambes de forces

p1030579resized.JPG

pour un résultat, tout aussi nickel.

p1030580resized.JPG

c’est ce qui s’appelle, « perdre du temps pour en gagner ». surtout qu’il a fallu remettre en service ma défonceuse dont le système de serrage automatique du mandrin était HS. il a fallu que je démonte quasiment la bécane pour le virer et que j’ai accès a l’arbre de la défonceuse que je peux désormais bloquer avec une clé.

david ( paille01 dans les liens ) m’avait bien prêté sa défonceuse bricodép’ mais elle ne m’a pas du tout mais alors pas du tout inspiré confiance. désolé david… mais elle est limite dangereuse. ça vibre, ça bouge dans tous les sens, les fraises tombe en plein travail… ça craint du slip, une machine comme ça…

après cette innovation technologique de première bourre, on s’est organisé avec nico qui s’occupait du traçage et des défonces d’entrait et de blochet pendant que je faisais les mortaise a la défonceuse. et la, ça a commencé a dépoter grave. la ou manuellement, on faisait 1 poteau et demi par jour, on est passé a  presque 4 poteaux/jour.

si c’est pas du travail d’équipe !

p1030592resized.JPG

a ma droite, l’Attila des vibration dans les pognes, la défonceuse !

p1030599resized.JPG

et a ma gauche,  la ravageuse d’épaule de travailleur, la perceuse et son support !

on était quand même bien content d’arrêter en fin de journée. c’est finalement assez physique et avec des mouvement très répétitif qui use facilement son bonhomme.

sans compter le déplacement des poutres a la main qui pèse une vache morte. mais bon, on est des warriors ! jean claude vandamme n’a qu’a bien se tenir !

p1030586resized.JPG

les poinçons sont pas mal aussi dans leur genre. une pièce assez courte mais avec des mortaises sur toutes les faces et la pointe a tailler. on met autant de temps que pour un poteau de 4 m…

pour la pointe, on taille grossièrement a la tronçonneuse électrique et on finit au rabot électrique

p1030648resized.JPG

et le résultat…

p1030650resized.JPG

on a aussi décidé de poncer toutes les faces apparentes de la charpente. ça va être long mais ça risque de faire vraiment sympa

brut de sciage:

p1030651resized.JPG

et poncé:

p1030652resized.JPG

ça fait quand même vachement plus joli. et c’est essentiellement madame qui s’y colle. heuuu, ma puce ? t’as une poussière sur l’épaule… 🙂

p1030563resized.JPG

au rayon excentricité: mes têtes de poteaux de la ferme du milieu

avec les pannes qui se rejoigne dans l’angle, j’ai pas trouvé mieux a faire. ça permettra de boulonner les pannes et d’assurer le coup avec du feuillard.

p1030654resized.JPG

voila, il me reste juste deux poinçons a tailler et bien sur le reste de la charpente, les arbalétriers, les jambes de forces etc… mais c’est de la rigolade, comparé aux pieds de poteaux.

p1030636resized.JPG

il reste encore du boulot mais on a fait le plus gros, le plus long et le plus casse pieds avec Nicolas et je suis bien content du résultat, compte tenu des circonstances de ce début de chantier calamiteux.

pour finir, une fois de plus, un grand merci a Nicolas pour cette semaine ou je t’ai pas épargné ( limite esclavagisme 🙂 ).

Comme un lion dans une cage !

mercredi, juin 1st, 2011

« tout corps plongé dans un flux d’emmerdement pivote afin de lui offrir sa surface maximale » Pierre Dac

voila, tout est dit…

j’ai reçu ma colle aujourd’hui. celle dont je suis tombé en panne dimanche matin… donc a part passer mes membrures dans la machine grâce a la fraise a rainer triple plateau, ne nécessitant plus qu’un seul passage et un gain de temps considérable, que Thomas ( totobricolo dans les liens ) m’a gentiment prêté ( la bisouille, kamarade ) je n’ai pas avancé les poutres en I depuis trois jours.

bon… oui, mais t’as du boulot sur la charpente ? bin… presque… je suis aller moi même chercher des pieds de poteau hier et recommencer aujourd’hui afin d’avoir du boulot sinon j’aurais vraiment plus rien a faire.

mon scieur, choisi pour sa proximité, en pensant que j’aurais le bois plus vite va me couper le reste pour les fermes, que vendredi, et encore parce que j’ai méchamment insisté. il était parti pour me faire ça lundi… bin, pourquoi pas… môôôsieur a le sens de l’humour ? môôôsieur a mangé un clown ?

si tout va bien, lundi, j’aurais les pannes et le reste.

donc, j’ai du boulot pour demain, vendredi si je suis en avance, je me remet un peu sur les poutres en I en espérant que mon scieur tienne ces engagement.

pour revenir sur big mat, il m’ont relivré l’abergement de velux. le premier ayant été refusé car de couler grise. bôa, pas grave, vous m’en recommandez un de la couleur des tuiles. pas de problème, bien sur, on s’excuse, hein ?

et le nouveau que j’ai reçu aujourd’hui est de quel couleur ? attention, c’est très dur comme question ( pour vous aider, referez vous a la citation de pierre Dac en début de post )

résultat, pas un de mes fournisseurs n’a assuré, pas un. même les transporteur de mon groupe… c’est une constance dans l’effort… et c’est des coup a vous saper le moral de façon très efficace.

rajouter la dessus, l’équivalent en pluie de ce qui n’est pas tomber depuis deux mois, qui vient de dégringoler en deux jours transformant le chantier en bourbier total et surtout empêchant le gars qui a posé trois semaines de vacances pour avancer sur son chantier, de bosser et qui se la met sous le bras en maudissant joel Coladdo du bulletin météo de France inter.

un épisode nuageux menaçant de tourner a l’orage est localisé sur le jura, avec un prédominance a la pluie battante dans le secteur de champagnole et une variation saisonnière tournant au déluge sur le village de montrond.

tu sais ce qu’elle te dit la variation saisonnière !

du coup, on a sorti de la paille de la serre qu’on a stocké sur palette et bâché afin de pouvoir tailler a l’abri. vaut mieux être prudent…

alors voila, je suis légèrement tendu du slip, entre les problèmes d’approvisionnement et la météo qui ne devrait pas s’arranger la semaine prochaine,  j’ai bien l’impression que j’ai perdu trois semaines de vacances. merdum, tiens !