Crash test mur de brique et son enduit

vu que d’un coté, il nous fallait un porte manteau et que d’un autre, il nous restait des briques, on a décidé de remonter notre mur de brique.

ça nous permet de voir, comment elle se comporte sur des hauteur plus importante et de faire des tests d’enduits et de coloration dans la masse.

alors, le montage, la tenue, ça a l’air d’être satisfaisant. par contre, c’est lourd ! il va falloir que je repense mon mur capteur. je devais le poser sur les poutres en I, juste sous le muret de refend mais vu le poids d’une brique, j’ai peur que les poutre en I ne résiste pas dans le temps.

je dirais bien 20 kg facile le parpaing de terre multiplié par environ 8 pièces au mètres carré multiplié par 10 mètre ², ça nous fait dans les 1600 kg a la louche…donc il va peut être falloir que je pose le mur directement sur le mur de refend. encore un truc a repenser…

p1130274resized.JPG

p1130283resized.JPG

p1130287resized.JPG

c’est toujours un plaisir de travailler avec de la terre, c’est salissant, on s’en met de partout mais on s’en fout. a part le sable qui a tendance a raboter un peu les mains mais le temps que la peau s’y habitue et on n’y fait plus attention

puis enduit terre. en suivant la recette que j’avais piqué a David  sur son chantier participatif ( rubrique enduits ).

p1130297resized.JPG

une couche pour rattraper les bosse et creux et la semaine prochaine, on teste la coloration dans la masse des enduits terre de finition.

on a trouvé ça dans un bouquin sur les enduits terres ( les enduit terres de Philippe Chastel ). les premiers test rapide n’ont pas été concluant. j’ai essayé de mélanger un restant de pigment bleu lavande avec de la terre brut. on a obtenu un magnifique vert bleu la gerbe du plus mauvais gout :-).

va falloir tester tout ça. avec de la chaux, du plâtre, avec d’autres couleurs plus facilement mariable avec la couleur de notre terre. enfin, c’est pas gagné.

Plan de l’étage, la p’tite modif’ qui va bien !

je me suis remis doucement sur les plans, tout en sachant que l’on devait revoir les plans de l’étage, en particulier la salle de bain qui était foireuse, si, si…

pour mémoire…

plan-etage.png

donc, batarde, mal foutu cette salle de bain mais pas d’idée pour améliorer… le trou noir… a force de modifier les plans, on commence a être a court d’idée.

et v’la t’y pas que le gars « f.gouillon » ( francois, fernand, francis, fabrice ? ), un de nos lecteurs, éco-constructeur dans le 69, apparemment spécialiste du kit ossature bois manu portable pour isolant de forte épaisseur en modulopaille ( fin de parenthèse ) m’envoie un petit mail avec en pièce jointe la modif’ qui nous manquait.

agad’ si c’est pas choucard !

plan-maison-etage.jpg

tout con et plein de bon sens ! y aura plus qu’a vérifier si ça colle avec le rampant et la charpente mais ça me parait être pas mal du tout.

alors si maintenant les lecteurs du blog se mettent a nous mâcher le boulot comme ça, y a plus qu’a les remercier chaleureusement du temps qu’ils ont pris pour nous aider !

donc, un grand merci a f.gouillon ( fabio, felicien, ferdinand ? ) allez, dit nous ton petit nom !

Probleme de chauffage reglé !

après toutes les conseils que vous nous avez donné, on a essayé plusieurs choses.

la remontée du conduit était acquise car tout le monde était d’accord sur ce point. j’ai donc rajouté 3 boisseaux.

p1130151copie.JPG

par contre, impossible de remettre le chapeau. trop lourd. j’en ai déjà ch… pour mettre le dernier boisseau… ça, pour l’instant, c’est a l’étude. chapeau inox, tuile bricolé, bout de zinc, je me tâte.

l’enduit, je pense aussi que ça attendra car la pluie s’est enfin décidé a revenir, ce qui risquerait de laver le moindre enduit que je m’embêterais a y coller sur la tronche. donc, on verra ça au printemps.

avec ces trois boisseaux, c’était mieux mais pas encore ça. grace au test de l’encens, sans les boisseaux, la fumée filait a l’horizontal mais vers l’intérieur. pas glop ! 🙁  avec le rajout, ça filait toujours vers l’intérieur mais de façon moins prononcé. j’ai testé l’idée de franck, en inversant le sens de la vmc et bien que l’idée n’était pas bête du tout, ça ne le fait pas, non plus. en plus de cracher toutes la poussière accumulé, dans la cuisine, ça ne change pas grand chose. donc, on a remis le tout en place.

puis, on a testé en coupant la vmc et la aussi, amélioration mais toujours pas de tirage franc.

puis mon père m’a proposé ( encore merci 😉 ) un poêle a bois dont il n’avait plus l’utilité ( et qui rentre pil poil dans mon entourage de brique de terre, une chose de moins a refaire ) et une fois installé, poêle a bois qui marche + vmc coupé, ça tire du tonnerre.

on pourrait surement remettre la vmc mais par prudence, on préfère la couper, le temps de chauffer. ça ne pose pas de gros problème puisque en faisant bruler trois buche au format cuisinière a bois  ( en 30 de long et recoupé en quatre ) on monte a 26 ° !  ( record a battre 27 ° , intenable… ). la tenue d’Adam et Ève est de rigueur 🙂

du coup, en une demi heure de chauffe, on a chauffé pour 24 heures ( température avoisinant les zéro de nuit ). un coup de chauffe le matin et on est encore a 20 ° le lendemain matin ! c’est t’y pas bonnard ?

p1130196copie.JPG

alors, la raison du mystère vient surement d’un conduit pas assez haut ( ça se joue a un mètre près… ), d’une vmc perturbatrice et aussi d’une cuisinere a bois qui n’est peut être plus d’actualité. je pense qu’elle doit bien fonctionner sur une installation classique mais mon bricolage bâtard de conduit extérieur doit empêcher ce bon fonctionnement.

on va pouvoir passer l’hiver en maillot de bain 🙂

pour changer de sujet, je vous avais causé de notre futur table en bois de recup’. voila, le résultat dont on est bien content.

p1130204copie.JPG

on a, comme qui dirait, gagné un poil de place 🙂